Pour renenir au menu, fermez cette fenêtre, ou nos boites à outils : ici ----- Site source Hervé D. : ici


Satires



de la forme, mais aussi du fond


 


Mille milliards de dollars -
1982

Film d'Henri Verneuil

Synopsis : Paul Kerjean, journaliste, reçoit un jour un coup de téléphone anonyme. Son interlocuteur accuse Jacques Benoît-Lambert, un industriel, d'avoir reçu un pot-de-vin, pour céder à l'étranger une usine française. L'enquête de Kerjean confirme cette accusation. Il publie un article retentissant sur l'affaire et un scandale éclate ...

 

 



Interview de Verneuil par Mourousi : ici

Voir le film en sept parties

Lien partie 1 : ici
Lien partie 2 : ici
Lien partie 3 : ici
Lien partie 4 : ici
Lien partie 5 : ici
Lien partie 6 : ici
Lien partie 7 : ici


 

 


Brazil - 1985
Science-fiction de Terry Gilliam

Synopsis : Sam Lowry, un bureaucrate d'un monde rétro-futuriste totalitaire, essaye de corriger une erreur administrative, et va lui-même devenir un ennemi de l'État. Sam se contente de son travail et de sa petite vie tranquille tout en s'échappant en rêve dans un monde de héros romantiques. Son existence satisfaite, mais solitaire, est compliquée par l'arrestation brutale d'un certain Archibald Buttle, en raison d'une erreur administrative. Il tente de réparer cette injustice et doit lutter contre un système extrêmement contrôlé qui le considère de plus en plus comme un dissident. Les tentatives de sa mère de lui obtenir une promotion, l'intrusion d'un chauffagiste rebelle au système, Harry Tuttle, et la survenue en chair et en os de la femme de ses rêves sont les autres éléments de l'intrigue.




Brazil - Bande annonce VO

 



 

Invasion los angeles 1988 - titre original "They Live"
Science-fiction de John Carpenter's

d'après la nouvelle Les Fascinateurs (Eight O'Clock in the Morning

Synopsis : John Nada parcourt les routes à la recherche de travail comme ouvrier sur les chantiers. Embauché à Los Angeles, il fait la connaissance de Frank Armitage qui lui propose de venir loger dans son bidonville. John va y découvrir une paire de lunettes hors du commun : elles permettent de voir le monde tel qu'il est réellement, à savoir gouverné par des extra-terrestres ayant l'apparence d'humains et maintenant ces derniers dans un état apathique au moyen d'une propagande subliminale omniprésente. Après avoir tué à l'arme à feu quelques extra-terrestres, il s'efforce de convaincre Franck de la réalité de cette invasion. Tous deux entrent ensuite en contact avec un groupe de rebelles organisés décidés à éradiquer les envahisseurs. Les envahisseurs n'étant qu' un prétexte à peine codifié dans le film, pour une critique de l'artistocratie gouvernant le monde par l'ignorance et l'abétissement des masses ...



Passage clef du film , "Prise de conscience" - 4:14 mn

 

 

 

 

 



Sidney Lumet 1976 - Quatre Oscars 1977 - NETWORK, main basse sur la télévision

Comédie dramatique

Synopsis : Au milieu des années 70, les informations à la télévision changent. Le journalisme perd en effet pied face au pouvoir de l'argent et la besoin croissant de divertissement.

Howard Beale (Peter Finch), présentateur de la chaîne de télévision UBS News, lâche publiquement ce qu'il pense de la société américaine, des mensonges sur lesquels elle repose... Son premier coup d'éclat à la télévision sera dû à sa déclaration lors du 20h, annonçant qu'il va bientôt se tirer une balle dans la tête en direct, ce qui ferait sensiblement remonter l'audimat. Howard Beale va rapidement devenir une sorte de prophète des temps modernes des Américains pour qui la télévision est bien plus réelle que leur propre vie, télévision qui a une emprise énorme sur ses spectateurs. Tout ce qui sort de ce petit écran ne peut être que vrai. Mais Howard Beale va finir par lasser, à commencer par les dirigeants de sa propre chaîne, les vérités qu'il énonce étant pour le moins déprimantes.

Network est une critique acerbe et cynique sur le pouvoir et le monde de la télévision, sur le commerce qu'elle génère, où tout doit se réduire à des chiffres, à des taux d'audience, au détriment de l'humain. Diana Christensen (Faye Dunaway) incarne ce néocapitalisme sauvage, déshumanisé, elle qui réduit sa propre vie et tout ce qui l'entoure à des synopsis de séries B, formatés pour la télévision.


JE SUIS HORS DE MOI, ET JE N'EN SUPPORTERAI PAS DAVANTAGE !


Network - Mad as hell

 

 

 


4 mn Network - The World is a Business !

 


 

 

 
2 mn Madame L'Existence - Jacques Dutronc

 

Wall Street 1 & 2

deux films entre rêve et réalité ...


1:55 mn - Bande Annonce VF - 1987
Wall Street 1 , l'Argent ne dort jamais

 

 

 

 

 

Synopsis

Bud Fox (Charlie Sheen), qui est courtier en bourse à Wall Street dans les années 1980, a un fort désir d'arriver rapidement au sommet. À force de persévérance, il arrive à convaincre un investisseur, Gordon Gekko (Michael Douglas), de le prendre sous son aile.Ce dernier lui explique que l'avarice et l'ambition sont les premières vertus s'il veut réussir dans le milieu de la finance ...

 

1:38 mn - Bande Annonce VF - 2010
Wall Street 2 , l'Argent ne dort jamais

 

Wall Street : L'Argent ne dort jamais (Wall Street: Money Never Sleeps) est un film réalisé par Oliver Stone sortie le 29 septembre 2010. C'est la suite du film Wall Street, sorti en 1987. Le film a notamment été présenté hors compétition au Festival de Cannes 2010

 

Synopsis

Wall Street, New York : en plein krach boursier de 2008, un jeune trader, Jacob Moore, est prêt à tout pour venger son mentor, que d'obscures tractations financières ont poussé au suicide. Il demande de l'aide à Gordon Gekko, le meilleur - et le pire - des gourous de la finance, qui vient de sortir de 20 ans de prison pour délit d'initié. Jacob va apprendre à ses dépens que Gekko reste un maître de la manipulation, et que l'argent ne dort jamais…


 

 

 

 


2 mn - Bande annonce MELANCHOLIA, film de LARS VON TRIER - 2011

Vision nihiliste ou métaphore d'un chaos inéluctable?
En tout cas, un film qui fait la nique au cinéma catastrophe et patriotique Hollywoodien,
propagande d'un "état super héros" toujours vainqueur face à tous les pires cauchemars !

 


1:19 mn - extrait MELANCHOLIA

 


1:36 mn - extrait MELANCHOLIA

 

 





24 mn - OUTRAGE AU PUBLIC de Peter HANDKE
par les élèves de L'école Auvray-Nauroy, au Théâtre de L'étoile du nord - 19 juin 2011

Une pièce qui invite à nous interroger sur les codes de la représentation, la faculté de jugement des spectateurs.
« Du fait que nous vous parlons, vous pouvez prendre conscience de vous-mêmes. Parce que nous vous adressons la parole, vous prenez conscience de vous-mêmes. Vous prenez conscience que vous êtes assis. Vous prenez conscience que vous êtes assis dans un théâtre. » Ainsi commence « Publikumsbeschimpfung » que Peter Handke écrit en 1967, à 23 ans.




4 mn LES RACINES DU CIEL (The Roots of Heaven 1958 )
D'après l'un des premiers roman "écologiste"
de ROMAIN GARY du mêm titre en 1956 - Prix Goncourt

 


 


 
3 mn Foule Sentimentale - Alain Souchon

 
3 mn Misère - Coluche

 

 

Albrecht Dürer
Melencolia I
- 1514
estampe - 23,9 cm × 16,8 cm


"Derrière les murs" - photomontage juin 2011 - H.D