.

L'INDIGNATION DE DARWIN* : "LA LOI DU PLUS FORT EST UNE IMPOSTURE !"

En mars 1882, quelques semaines avant de s'éteindre
Charles Darwin écrit une lettre, s'adressant aux générations futures.


2013 - Diptyque 50/70 cm et 50/40 cm - Photomontage numérique - Édition limitée 1/10

 


Détail du panneau 1


Détail du panneau 2

Texte du panneau 2 :

"A l'intention des générations futures. Avec toutes mes forces, tout mon coeur et toute mon indignation. 

Moi Charles Robert Darwin, né le 12 février 1809 à Shrewsbury dans le Shropshire, j'affirme à tous ceux, aujourd'hui et demain, qui voudront bien m'entendre. Nos décideurs, pour justifier une politique basée sur la loi du plus fort, s'appuient sur de faux principes biologiques. La loi du "meilleur gagne" est un mensonge. Un mensonge monumental ne cherchant qu'a justifier les crises du capital, les vagues d'exclusions et d'éliminations. Ma théorie de la sélection naturelle, n'a jamais été pensée pour être appliquée aux sociétés humaines. Je me suis toujours gardé d'extrapoler mes thèses biologiques au monde social. Ma théorie est détournée, utilisée à des fins mercantiles. On l'a réduite à l'idée de lutte pour la vie, dans une nature où les moyens d'existence des animaux contre leurs congénères, et des hommes contre tous les autres hommes, serait « une loi de la nature ».  Tout ceci n'est qu'absurdité et manipulation. Je suis au crépuscule de ma vie, mais ma colère ne fait que grandir. Le pays, et bientôt le monde entier, est en pleine révolution industrielle. Cette expansion détourne mes travaux afin de justifier la compétition, la lutte pour la vie, l'inégalité économique et sociale, la concurrence vitale, la domination des peuples non civilisés ... On nous fait croire que l'important c'est de l'emporter sur les autres, de lutter, de gagner. Mais un gagnant est un fabricant de perdants. En vérité il vous faudra un jour anéantir la compétition. Je n'ai pas à être plus fort que l'autre, je dois être plus fort que moi… grâce à l'autre !

Ces idées de puissance et de progrès sont une machine entraînant la mort, la pauvreté, l'esclavage. Quelques hommes en ont décidé ainsi pour leurs profits. Et dans la tête de ces hommes, tout ce qui peut être utilisé pour justifier leur soif de puissance est capturé, déformé et diffusé comme la sainte parole. Je ne nie pas la lutte pour l'existence, mais je maintiens que le développement progressif du règne animal, et particulièrement de l'humanité, est favorisé bien plus par le soutien mutuel que par la lutte réciproque. L'évolution du vivant explore de nombreux chemins, les chemins de l'entraide sont souvent empruntés. De la horde à la symbiose, l'entraide mérite notre respect et surtout notre curiosité. Dans mon ouvrage La descendance de l'homme,  je signale comment dans d'innombrables sociétés animales, la lutte est remplacée par la coopération, et comment cette substitution aboutit au développement de facultés intellectuelles et morales qui assurent à l'espèce les meilleures conditions de survie. Les plus aptes ne sont pas les plus forts physiquement, ni les plus adroits, mais ceux qui apprennent à s'unir de façon à se soutenir mutuellement pour la prospérité de la communauté. Je regrette de n'avoir pu étendre mes recherches dans cette direction. J'encourage mes confrères à explorer sans attendre cette voie. Je souscris aux travaux du géologue naturaliste russe Piotr Kropotkine, pour qui les mieux adaptés ne sont pas les plus agressifs, mais les plus solidaires." Charles Darwin

 

 

* Cette lettre aurait pu être écrite par Charles Darwin. Cette création s'inspire de commentaires et de manuscrits du naturaliste anglais.
Darwin écrivit à la toute fin de son livre Journal of researches into the natural history and geology of the countries visited during the voyage of H.M.S. Beagle round the world : "Si la misère de nos pauvres n'est pas causée par les lois de la nature mais par nos institutions, notre crime est grand". (voir le très bon article : ici)

D'autres écrits de la main du scientifique vont dans ce sens. L'orientation maladroite des travaux de Darwin par l'écrivain Huxley et le philosophe Spenser, est avéré. Le terme de Darwinisme social (loi du plus fort) est une déformation orientée servant toujours différents dogmes, jusqu'aux idées les plus totalitaires.


Détail du panneau 1


Détail du panneau 1

 

 

 

L'INDIGNATION de DARWIN 2014 - FAUX PLAUSIBLE - 8:12mn

SCOOP de la BBC. Une équipe internationale de scientifiques révèle : "L'INDIGNATION DE DARWIN". En mars 1882, quelques semaines avant de s'éteindre, le père de la théorie de l'évolution écrit une lettre s'adressant à nous tous. D'après l'image-lettre du même titre, créée en 2013

 

NOTE DE L'AUTEUR "J'ai essayé avec cette fiction de détricoter un noeud de l'histoire. De réaliser un faux-plausible pour la bonne cause. Tout à commencé par la découverte d'une fausse citation d'Albert Einstein : « Si l'abeille disparaissait de la surface du globe, l'homme n'aurait plus que quatre années à vivre » (en vérité l'imposture d'un apiculteur à l'origine pour alerter l'opinion publique et rendre service à ses confrères). Puis ce projet est né de la découverte de deux ouvrages éclairant sur l'entraide et les recherches de Darwin : JEAN-MARIE PELT, LA SOLIDARITÉ chez les plantes, les animaux, les humains. et PIERRE KROPOTKINE, L'ENTRAIDE UN FACTEUR D 'ÉVOLUTION." H.D.

 

 

 

 

Aimed at future generations. With all my strength, my heart and my indignation. I, Charles Darwin, born on February 1809 in Shrewsbury, Shropshire declare to those who will hear me, today and tomorrow: our decision makers rely on false biological principles in order to justify a policy based on the survival of the fittest. The « May the best man win” law is a lie. A huge lie seeking to justify the capital crises, the waves of exclusions and eliminations. My theory of natural selection has never been designed to be applied to human societies. I have always been careful not to extrapolate my biological theses to the social world. My theory is subverted, used for mercenary purposes. It has been reduced to the idea of struggle for life. This is pure nonsense and manipulation. I am at the end of my life, but my anger keeps growing. The country is in full industrial revolution and soon the whole world will be too. This growth diverts my works in order to justify competition, the struggle for life, economic and social disparity, vital competition, the domination of underdeveloped people. We are led to believe that what matters is to defeat others, struggle, win. But a winner is a looser manufacturer. To tell the truth you will have to destroy competition. I don’t have to be stronger than others, I have to be stronger thanks to others ! These ideas of power and development are a machine leading to death, poverty, slavery. A few men have decided so for their profit. And in these men’s mind, anything that can be used to justify their lust for power is grasped, twisted and spread as gospel. I don’t deny struggle for life, but I maintain that the progressive development of the animal kingdom and especially of humankind results from mutual support rather than mutual fight. The development of the living can follow many roads, the ones of mutual aid are often taken. From packs to symbiosis, mutual aid is worth our respect and above all our curiosity. In my work « the descent of man », I report how in many animal societies, struggle is replaced by cooperation and how this leads to the development of intellectual and moral abilities which ensure better living conditions to the species. The most able ones are not the strongest, or the most skillful ones but the ones who learn to gather in order to support one another for the prosperity of the community. I wish I could have spread my studies in this direction. I encourage my peers to explore this way without further delay. I subscribe to Russian geologist naturalist Piotr Kropotkine. For him “ the best adapted ones are not the most aggressive but the most united ones.

 

 

 

 

 



                                 

 

 

 

 

 

 

 

Retour
catalogue

 

 

 

 

Vous ne parvenez pas à la page d'accueil du site : cliquez ici

 

é